Chine – Pékin, cosplay (2022)

Ce matin, j’avais décidé d’aller déjeuner dans un centre commercial proche de chez moi, le « In88 » (n’oubliez pas que le chiffre 8 est synonyme de chance en Chine) avec une amie. Chemin faisant, nous avons croisé une manifestation assez étonnante, des dizaines de jeunes Chinois, pour la plupart déguisés, faisant la queue pour accéder à un podium.

Se déguiser est un usage très ancien, qui remonte à l’Antiquité, on se travestissait pour invoquer les esprits ou s’assurer de bonnes récoltes. Au long de l’histoire, le déguisement avait une fonction cathartique, rompre des interdits pour essayer d’éviter des catastrophes ou au contraire profiter d’un moment de relâchement total avant de partir pour un voyage incertain (Carnaval de Dunkerque). Bref, il y avait une vraie signification collective dans cet acte de modifier son identité pour devenir quelqu’un d’autre.

Le « cosplay » (costume + play) qui consiste à se travestir en personnage de fiction est né aux Etats-Unis dans les années 1980 et a essaimé ensuite en Asie, où le phénomène est devenu viral, notamment au Japon.

San Diego 1982
Japon 2006

En Chine, pays hyperconnecté (le gouvernement vient pourtant de restreindre les heures d’accès aux jeux vidéo pour les enfants), l’univers de fantaisie a une place très importante. Attention, nous parlons d’une élite jeune, éduquée et riche, ceux que je vois déambuler dans les centres commerciaux proches de ma résidence. Ils ont une appétence forte pour les objets dérivés, ils accrochent un petit Kermit à leur sac à dos, font une place à « Bob l’éponge » dans leurs sacs, arborent des pins et autocollants enfantins (de notre point de vue).

Ajoutez à cela une propension forte (surtout de la part des femmes), à se prendre en photo devant n’importe quel endroit un peu propice, comme si elles cherchaient leur image partout, en forme de ré-assurance, image qu’elles postent immédiatement sur le réseau social chinois, WeChat, pour obtenir des retours positifs qui les feront sentir plus fortes/belles.

Et vous obtiendrez ce moment étonnant auquel nous avons assisté, de jeunes femmes et hommes – ces derniers escortant les premières- faisant la queue pour accéder à un podium où, je suppose, seront primés les plus beaux costumes. Je pense qu’il ne reste plus rien de ces rituels anciens dont je vous ai parlé, nous sommes ici dans l’individualité qui cherche à se sublimer et c’est tout.

Je vous laisse profiter des images.

FB

J’adore le masque
Devant une marque célèbre un peu tronquée
Masques et appareils photo dans l’assistance