Cinémas – Francesco ROSI : La belle et le cavalier (1966)

la_belle_et_le_cavalier

Coutumier des films graves (« Le Christ s’est arrêté à Eboli« , « Main basse sur la ville« …), le cinéaste italien Francesco Rosi réalise en 1966 ce petit bijou dont je vais faire ici la chronique en hommage à Omar Sharif qui vient de nous quitter.

Réunissant deux des plus charismatiques acteurs de l’époque, Omar Sharif, dont nous venons de parler et la magnifique Sophia Loren, pour nous plonger dans un conte de fées rythmé et prenant.

Hybride entre « Peau d’âne » et « Cendrillon », l’histoire met en scène un prince, Rodrigo, qui fait le désespoir de ses parents en courant la campagne au lieu de se marier. Guidé par un moine un peu magicien (qui lévite dans le ciel, entre autres), il rencontre Isabela, très belle et très impertinente paysanne, dont il s’éprend (et vice-versa). Pour la faire accepter par ses parents et par le peuple, il va la faire participer à un concours tout à fait spécial…

Tout est réuni ici pour en faire une oeuvre pleine de charme (1) et je pense que ma récente et bien peu reluisante expérience de « Tale of tales » (voir article sur ce blog) n’est pas pour rien dans le fait de revoir ce film, une sorte d’inverse réussi. Sorcières et moine, prince et paysanne unissent leur force pour nous donner à voir un conte plein de merveilleux qui nous ravit.

Car à la trame classique du genre, le cinéaste ajoute des relations insolentes entre Isabela et Rodrigo, qui ne cessent de se chamailler, parfois avec violence, tout au long du film ; mention spéciale d’ailleurs à Sophia Loren, qui parle autant avec ses mains et son corps qu’avec sa bouche, comme une vraie italienne (elle est censée être napolitaine). Nous retrouvons ici le couple romantique parfait comme dans les comédies américaines que j’aime tant…

Une madeleine que j’ai re-croquée avec grand plaisir !

FB

(1) Sauf la musique qui a bien mal vieilli, je vous l’accorde…😉